Mis à jour le 12 janvier 2018

Lancés officiellement fin juillet dernier, les Etats généraux de l’alimentation en viennent à leur conclusion. Après 5 mois de travaux, quelles pistes de solutions ont été identifiées ? Le 14 novembre 2017 la DRAAF, organisait en partenariat avec la DRJSCS, le CERDD et la Coopérative de conseil Extracité, une journée "Alimentation et territoires" pour recueillir avis et propositions des acteurs régionaux.

EGALIM

Atelier régional : dessiner les solutions de demain

Plus de 160 présents : porteurs de projets, associations caritatives ou d’aide alimentaire, représentants des consommateurs (UFC Que choisir), distributeurs alimentaires, chambre d’agriculture, Conseil Régional, Collectivités territoriales, enseignement (public et agricole), Parcs Naturels, DRJSCS, DDPP, ARS, presse. Beaucoup de structures venant du réseau ReADy.

Objectifs de la journée

  • Imaginer des solutions pour une alimentation saine, durable, sûre et accessible à tous
  • Alimenter les réflexions nationales
  • Être créatif à l’échelle régionale

Thèmes abordés

  • Initiatives locales et synergies du territoire ;
  • Alimentation et précarité ;
  • Alimentation et éducation ;
  • Alimentation et gaspillage.

Idées EGA

Extrait de la contribution "Les pistes de travail relevant du niveau régional" :

  • Mieux porter à connaissance les initiatives mises en œuvre sur les territoires et favoriser l’inter-connaissance entre porteurs de projets (et avec les collectivités locales), pour favoriser la mise en réseau des acteurs publics et privés
  • Développer des modes de communication par le concret
  • Mettre en place des dispositifs pour former les bénévoles notamment des associations d’aide alimentaire, à la fois sur les savoirs et savoir-faire (notamment : réglementations sanitaires en lien avec le stockage des denrées, équilibre alimentaire, alimentation de qualité...) et le savoir-être (comment ne pas stigmatiser le bénéficiaire, avoir une approche positive et ouverte, valoriser l’existant...). Ces formations pourraient être ouvertes à tout acteur, bénévole ou non, travaillant sur les thématiques alimentaires.

Téléchargez l'intégral de la contribution des Hauts-de-France

Conclusion de Mr Luc MAURER, Directeur de la DRAAF Hauts-de-France

"L’État peut faire tout ce que nous venons d’évoquer. Il est un acteur comme les autres. Il peut également apporter un soutien financier, il peut apporter la reconnaissance. Il peut cultiver une posture dans laquelle il se renouvelle, aller au-delà de son rôle régalien, adopter une posture d’animation et de médiation. L’État peut contribuer à communiquer, il peut coordonner et rendre visibles les actions. Les territoires ont une vraie volonté de faire, l’État peut l’encourager."

L'article complet sur le site de la DRAAF

L'actu nationale sur notre Scoop.It

Scoop It EGALIM

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire