Mis à jour le 9 mai 2019

La micro-ferme "Cocagne" de Gohelle, créée en novembre 2016, est un projet porté par le Pôle territorial de coopération économique d'Audruicq. Il s'appuie sur l'intervention de l'association d'éducation populaire "Les Anges Gardins". La micro-ferme chemine sur la voie de l'économie de la fonctionnalité et de la coopération. Elle est le point d'émergence et de convergence d'une mobilisation d'acteurs publics, privés et citoyens.

microferme loos en gohelle

Ce qu'elle fait

La micro-ferme de Loos-en-Gohelle est dite "Servicielle". Au sens le plus simple du terme, explique Dominique Hays, son fondateur et animateur : "elle rend service aux gens". Cette vocation s'applique à l'alimentation dans toutes ses dimensions : le besoin physiologique, l'exigence de santé, le sens du goût et l'éveil sensoriel, le contentement moral, le vivre ensemble convivial.

En cette démarche, elle s'oppose à l'industrialisation de l'alimentation, visant la réduction des coûts de production aux dépens des ressources naturelles, des conditions de travail et du bien-être des consommateurs/mangeurs. L'insertion par l'activité économique, que pratique l'association des Anges Gardins, est une réponse partielle à ces excès : la tentative de replacer des personnes dans un système économique qui ne veut pas d'elles montre ses limites. De même que le mythe du redressement et du développement de l'emploi par l'industrie, encore très vivace dans notre région, estime Dominique Hays.

"Seule la montée d'une intention servicielle peut engendrer une dynamique économique nouvelle suivant la bannière de la transition écologique et sociale".

Ce nouveau modèle est encore naissant. Il demande à être conforté et stabilisé au terme d'expérimentations comme celle de la micro-ferme Cocagne. Mais il se fonde sur des convictions : il faut agir sur les causes plutôt que s'évertuer à corriger les conséquences et travailler sur un mode systémique plutôt que sur un rythme binaire d'action et de réaction.

Comment elle avance

L'initiative loossoise chemine sur la voie de l'économie de la fonctionnalité et de la coopération. Elle s'efforce d'adapter ses process aux (faibles) qualifications des personnes qu'elle emploie, de respecter les ressources (eau, sols, biodiversité, énergie) et de s'ancrer toujours plus dans le territoire pour y relocaliser de la valeur (pas seulement économique).

"Au quotidien, nous avançons en marchant", explique Dominique Hays. Ce que Laurent Courouble, observateur de l'aventure loossoise, appelle une "démarche itérative" : partir de la réalité et du vécu des personnes, des savoir-faire et des gestes, de l'expérience des usagers, mais aussi des gisements disponibles et des opportunités, pour hybrider des financements et des statuts, éprouver des idées, les corriger, les valider !

Au plan financier, le PTCE et les anges gardins bénéficient du soutien de la Ville de Loos-en-Gohelle, dans la continuation du programme "Ville, Transition, Alimentation Locale" mené ces dernières années dans la commune. L'essentiel du budget de l'opération est constitué de fonds publics venant de l'Union européenne, de l'Etat, de la Région des Hauts-de-France, du Département du Pas-de-Calais, de la communauté d'agglomération de Lens-Liévin et de la Ville de Lens. S'y ajoutent des apports de la Fondation Fonds des bois et de la Fondation de France. La part d'autofinancement de la ferme est de 30 %.

Ce qu'on y fait

La micro-ferme emploie quinze personnes, dont dix en insertion. Bien que "servicielle", elle est d'abord un espace de production certifiée biologique. Sur de petites parcelles mises à disposition des porteurs du projet, sont cultivés essentiellement des fruits, tels que kiwis, raisin, fraises, framboises et autres groseilles. Pourquoi des fruits et pourquoi ceux-là ? Parce qu'ils sont bons à manger. Parce qu'ils sont complémentaires des productions locales traditionnelles. Et parce que les produire dans le Pas-de-Calais évite les inconvénients du transport depuis le sud de la France (perte de fraîcheur, surcoûts).

Pour ouvrir les mangeurs à la diversité et à la qualité des produits, les Anges Gardins organisent des chantiers apprenants sur les techniques de culture comme sur la transformation des produits et la préparation des aliments. Le projet comporte aussi une plateforme de conditionnement et de livraison de produits.

La micro-ferme de la Gohelle, enfin, c'est une capacité d'intervention dans le territoire. Elle s'exerce en lien avec le groupement d'agriculteurs "Bioloos" qui produit en plein champ : rachat de récoltes négligées par l'industrie agro-alimentaire, réflexion sur la création d'un espace local de stockage froid. La ferme peut aussi intervenir chez des habitants proches : ramassage de fruits dans des jardins particuliers, élevage de poules de race Bourbourg.

Ce qu'on y dessine

Les porteurs du projet de la micro-ferme se donnent comme perspective de constituer un archipel nourricier. A ce jour, les anges gardins exercent leur activité sur trois lopins situés près de l'ancienne fosse 11/19 à Loos-en-Gohelle. Une dizaine d'autres terrains ont d'ores et déjà été proposés par des entreprises ou des organismes publics dans l'agglomération de Lens-Liévin.

Un exemple : la centrale solaire Lumiwatt de Loos-en-Gohelle, qui dégage de la chaleur inutilisée jusqu'ici, pourrait accueillir sur son emprise une serre maraîchère. Si on croise ces terrains avec les espaces reconquis par la nature, les parcs publics entretenus sans phytosanitaire et les champs de Bioloos, on voit apparaître une trame de lieux contribuant à l'emploi local, à l'alimentation des habitants et à la biodiversité.

Le projet de l'archipel fait l'objet de trois programmes de recherche conduits par le centre universitaire Espaces et Sociétés (approche géographique), l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement Agroparistech (approche agronomique) et le laboratoire Atemis (approche économique).

Ce qui lie les acteurs et les partenaires

Le PTCE et les anges gardins ont créé en 2018 la MANNE, "Monnaie d'une Autre Nature pour de Nouveaux Echanges". Elle est réservée aux personnes qui souhaitent participer à l'activité de la micro-ferme et contribuer à son développement.

"C'est un marqueur d'engagement", résume Dominique Hays. Cet engagement peut se traduire par des participations aux travaux, des dons de produits, des actions s'inscrivant dans une logique de développement durable, la plantation de haies par exemple. En contrepartie, les contributeurs reçoivent des Mannes, qui leur donnent accès à une offre alimentaire ou aux services d'une accorderie. 6 500 Mannes sont actuellement en circulation dans le territoire de projet.

"La Manne est un pas vers une économie de la transition qui remet de la capacité d'action là où il n'y en a plus et qui redonne de la valeur à ce qui échappe à la métrique comptable", poursuit Dominique Hays.

L'association animatrice de la micro-ferme de Gohelle entretient aussi un dialogue avec les entreprises de l'agglomération, comme l'antenne de l'agence française pour la formation professionnelle (AFPA), l'agence locale de la mutuelle MAIF, le gestionnaire de logements SIA Habitat. Il s'agit de réfléchir à ce que peut et doit être une économie territoriale, y compris dans un secteur comme l'ancien bassin minier du Nord-Pas de Calais, dégradé et en souffrance. Au quotidien, les partenaires économiques peuvent aussi apporter des aides en équipement, accueillir des points-relais de distribution de paniers alimentaires, organiser des mécénats, etc.

Micro-ferme de Gohelle

Adresse : 2 rue Maniez, 62750 Loos-en-Gohelle
Tél : 03 21 34 08 42
Site : http://microfermecocagne.fr

Identification

  • Auteur :

    CERDD

  • Date de publication :

    Avril 2019

  • Taille du document :

    Web

  • Échelle géographique :

    Régionale / Locale

Abonnez-vous !Recevez le meilleur de l'information régionale DD & Climat

S'inscrire